mnhn Exposition « Être beau ». Mairie du 16e arrondissement. 3 décembre 2020

En ces temps de confinement et de fermeture de nos galeries, le musée de l’Homme sort du palais de Chaillot pour s’installer dans l’espace public avec l’exposition « Être beau » inaugurée ce jeudi 3 décembre à 9h30 sur les grilles de la mairie du 16e arrondissement de Paris. Vous trouverez en fichier joint une photo de cette installation réalisée en partenariat avec la Mairie du 16e et qui va à la rencontre des publics dans la rue.
Le 3 décembre est la journée internationale des personnes en situation de handicap, et il y a exactement un an, le 3 décembre 2019, nous inaugurions cette exposition au foyer du musée de l’Homme en présence du Premier Ministre, Edouard Philippe et de nombreux membres du gouvernement qui tenaient exceptionnellement le comité interministériel pour le handicap en nos murs.

L’exposition « Être beau », accompagnée d’un livre du même titre, a été réalisée par les deux commissaires, Astrid di Crollanza, photographe, et Frédérique Deghelt, écrivaine.
Pendant trois ans, Frédérique Deghelt et Astrid di Crollalanza ont donné image et parole à ceux qui ne sont généralement pas représentables, pas audibles, et que nous appelons « handicapés », sans jamais donner à ce mot une autre définition que celle d’un manque.
Et pour reprendre leurs mots : « Vingt-six photographies grand format permettent d’engager une réflexion sur l’image de soi et la place de l’Autre dans la société. Un corps-à-corps avec notre condition humaine… Parce qu’être beau, c’est être soi. »
Leur exposition se poursuit parallèlement au musée de l’Homme jusqu’au 5 janvier 2021. Puis en juin 2021, elle sera installée sur les grilles de l’Hôtel de Ville de Paris.

Cordialement

André Delpuech
Conservateur général du patrimoine
Directeur_
Musée de l’Homme
17, Place du Trocadéro – 75116 Paris

?auth=co&loc=fr&id=134553&part=2.3

.


Société des Amis du Muséum
amis-museum.fr
steamnhn@mnhn.fr
01 43 31 77 42

Soirée de remise des prix

Bonjour à toutes et à tous !

Nous avons le plaisir de vous adresser l’une des infolettres les plus attendues du festival. Ce soir, à 18h30, vous êtes toutes et tous convié(e)s à vous joindre à nous pour la soirée de remise des prix.

Comme depuis le début, cette infolettre est rédigée par Ludmilla.

Merci de nous suivre nombreux pour cette édition en ligne du festival !

Laurent Pellé, délégué général, Barberine Feinberg, déléguée artistique, et toute l’équipe du festival

Enfin le palmarès !

Le mardi 24 novembre 2020 à 18h30 se tiendra la remise des prix qui clôturera la Compétition Internationale Jean Rouch.

Cette soirée accueillera les réalisateurs et réalisatrices des films primés, les membres du jury de l’Inalco et du jury International, ainsi que les organisateurs du festival.

Vous pourrez assister à cette remise des prix en direct via le lien Zoom avec un nombre de places limité.

Si l’accès zoom vous est fermé car la séance est complète, vous pouvez aussi assister à la cérémonie en direct sur Facebook.

Nous espérons vous voir nombreux pour féliciter les réalisateurs et réalisatrices, comme les participants de la compétition !

Le Festival continue jusqu’au 6 décembre !

À ne pas rater, la série spéciale « Ramaillages » du 22 au 26 novembre sur online.

Les rencontres du film ethnographique avec Izza Genini seront diffusées sur notre plateforme à partir du 24 jusqu’au 29 novembre.

Cette année laisse place à une nouvelle section « Regards de terrain » qui accueillera trois films du 26 au 30 novembre sur online.

L’atelier démontage d’un montage est maintenu du 1er au 6 décembre à distance.

La section Premiers regards du 4 au 6 décembre en collaboration avec l’université Paris-Nanterre offre la projection de quatre films hors compétition et une conférence sur « le silence » avec Eliane de Latour.

Consulter le programme ici.

Merci de nous avoir suivi jusque-là et à très bientôt pour de nouvelles découvertes !

FacebookTwitterInstagram
Festival Jean Rouch | Comité du Film Ethnographique
Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, 75016 Paris
http://www.comitedufilmethnographique.com

Bienvenue à Volcan, le nouveau lion du PZP ! (Parc Zoologique de Paris )

Bienvenue à Volcan, le nouveau lion du PZP !

16 NOVEMBRE 2020
LA DGD.MJZ

Après un long trajet en bateau puis en camion, Volcan, jeune lion venu du Maroc, a été accueilli par les équipes du PZP dans la nuit de vendredi à samedi.

Images
PreviousImage
Arrivée de Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

ARRIVÉE DE VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Arrivée de Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

ARRIVÉE DE VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Arrivée de Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

ARRIVÉE DE VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Arrivée de Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

ARRIVÉE DE VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Arrivée de Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

ARRIVÉE DE VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Arrivée de Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

ARRIVÉE DE VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Arrivée de Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

ARRIVÉE DE VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Arrivée de Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

ARRIVÉE DE VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Image
Arrivée de Volcan © MNHN - F-G Grandin

NOM

ARRIVÉE DE VOLCAN © MNHN – F-G GRANDIN

Next

Agé de 9 ans et pesant 214 kg, « Volcan » rejoindra les trois lionnes déjà présentes au sein du Parc Zoologique de Paris : Savanah, Buni et Aswad (âgées respectivement de 14, 12 et 12 ans), ainsi que Kibo, lion né au Parc Zoologique de Paris en avril 2015, mais qui n’est pas un mâle reproducteur. En effet, les équipes du zoo ont pris la décision de le castrer en raison d’une pathologie neurologique irréversible. Cela a permis de le garder dans le groupe et de lui assurer une belle qualité de vie au sein du clan, facilitant ainsi son acceptation avec le nouveau mâle, tout en évitant une éventuelle transmission de cette anomalie si elle avait une composante héréditaire. L’arrivée de ce nouveau mâle permet donc la survie du patrimoine génétique de cette sous espèce disparue à travers la naissance d’un nouveau clan au Parc Zoologique de Paris.Le félin a été repéré par les vétérinaires du PZP au Jardin zoologique national de Rabat. Le Parc zoologique a ensuite réussi à l’acquérir dans le cadre d’un partenariat international.

Une arrivée sous haute surveillance

Le transfert d’un carnivore sauvage d’un zoo hors Union européenne vers un zoo français est plus complexe que les échanges intracommunautaire (CEE) habituels. Il nécessite notamment des garanties sanitaires, comme des analyses supplémentaires sur la rage. Suite à la crise sanitaire, son arrivée a été retardée. Depuis son arrivée, vendredi 13 novembre, il bénéficie d’un temps d’adaptation avant d’être visible dans son enclos extérieur. Cette période de transition lui permet de s’habituer aux installations intérieures et aux soigneurs avant la délicate phase de mise en contact avec son nouveau clan.

Les visiteurs pourront le découvrir à l’issue du confinement.

les lions de l’Atlas, une sous-espèce disparue dans le milieu naturel

Le lion de l’Atlas, Panthera leo leo, est une sous-espèce de lion d’Afrique réputée pour sa grande taille et sa puissance. Ce dernier était capturé par les Romains pour combattre les gladiateurs dans les amphithéâtres. La crinière des lions de l’Atlas est souvent plus volumineuse que celle des autres sous-espèces africaines, elle descend plus bas sous le ventre. Cette sous-espèce est définitivement éteinte dans le milieu naturel. S’il est difficile de dater précisément cette disparition, la dernière trace d’individu chassé et tué remonte à 1922 au Maroc. Néanmoins, à la suite de témoignages, d’observations et d’études statistiques, il est plus probable que cette sous-espèce se soit éteinte au milieu du XXe siècle. Aujourd’hui, on dénombre en Europe environ une centaine de lions très proches génétiquement de cette sous-espèce disparue. Ces lions, toujours appelés « de l’Atlas », sont majoritairement des descendants des lions de la Ménagerie royale de Rabat au Maroc, qu’on suppose avoir été hybridés avec des lions d’Afrique sub-saharienne. Le Jardin Zoologique de Rabat d’où provient le mâle Volcan en détient plus de 35 individus. Une étude scientifique de 2005 confirme que cette population est extrêmement proche génétiquement et phénotypiquement du lion de l’Atlas, mais pas de génome pur.

[amis-du-museum] 39ème Festival International Jean Rouch – Lumière sur l es films en compétition 5/8

Bonjour à tous !

Nous sommes ravis de vous informer que la plateforme qui accueillera les trente films du festival ouvre au public ce vendredi 13 novembre à 20h30 avec la diffusion de notre soirée d’ouverture, aussi disponible sur notre Facebook et notre chaîne Youtube.

Les premiers films seront disponibles ce samedi 14 novembre à partir de 9h du matin pour une durée de cinq jours. Nous vous invitons à consulter le programme du festival sur notre site.

L’inscription à la plateforme est obligatoire pour visionner les films. Elle est simple et gratuite, voici le lien pour vous aider dans la démarche.

Si vous souhaitez aller plus loin dans l’expérience du festival :

– des débats webinaires avec les réalisateurs des films et des intervenants invités sont prévus pendant toute la durée du festival (plus d’informations ici ). Vous pourrez participer en posant des questions aux réalisateurs dans la rubrique « chat/conversation ».

– des vidéos de présentation des réalisateurs et du jury de l’Inalco sont disponibles sur notre chaîne Youtube.

Merci de nous suivre dans cette édition particulière du festival !

Nous espérons de tout cœur que les films vous plairont autant qu’ils nous ont plu.

Laurent Pellé, délégué général, Barberine Feinberg, déléguée artistique et toute l’équipe du festival

Nous vous joignons l’infolettre 5.

Solitudes solitaires

Dans la suite de la série Lumière sur, nous nous arrêtons sur une singularité dans le monde de l’ethnologie : les personnages seuls, esseulés, solitaires.

Sur fond de survivalisme, nous suivons les pas de Sundog, herboriste, chasseur et cultivateur. Dans A Shape of Things to Come, Sundog vit en solitaire dans un coin du désert de Sonora sans pour autant se couper de la ville voisine. L’éloignement de Sundog par rapport à la société soulève des questions audacieuses sur la relation de l’humanité à son environnement et à elle-même.

En Biélorussie, Alexander Klemyata, un officier de police Patrouille de maison en maison pour raisonner les habitants. Il est le seul à qui certains peuvent confier le drame de leur vie, leur détresse et leur solitude. La présence de Alexander Klemyata relève le besoin de communauté et l’investissement du gouvernement dans les vies individuelles.

Il y a du monde pour assister à l’exécution d’Ivon Ray Stanley dans une prison américaine de l’État de Géorgie : des journalistes, des témoins, les agents d’exécution et Willis Marable, un agent des services pénitentiaires, en contact téléphonique avec un groupe de fonctionnaires de la Justice ; mais devant nos yeux, seul le portrait silencieux de Ivon Ray Stanley disparaît. The Execution évalue subtilement la légitimité de la condamnation à mort à travers tout le protocole judiciaire qui l’entoure. Par là-même, il approfondit entre autre les thèmes bien connus de la vie, la mort et la justice.

Allez vite consulter le programme des films disponibles en ligne !

FacebookTwitterInstagram
Modify your subscription

|

View online

Festival Jean Rouch | Comité du Film Ethnographique
Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, 75016 Paris
http://www.comitedufilmethnographique.com

Tchatche 2.0 : Parlons épidémies avec Marc-André Selosse

Tchatche 2.0 : Parlons virus et épidémies avec Marc-André Selosse

Jeudi 12 novembre 2020 à 18h | https://www.live.kimiyo.fr

Depuis toujours, les maladies ont un rôle de régulation des populations animales et végétales. Bactériennes, virales, parasitaires, auto-immunes… elles sont toutes étudiées par les scientifiques afin de pouvoir être contrôlées par la médecine. Les virus sont de acteurs épidémiques majeurs. Mais lorsque, par la mondialisation humaine, une maladie encore méconnue se répand sur la quasi totalité du globe, on parle de pandémie. Ce phénomène, a marqué l’histoire de l’espèce humaine. Mais les virus ont aussi laissé des traces bienveillantes dons notre génomes et nos pratiques de santé. À l’heure de l’événement sanitaire que nous vivons en 2020, il faut mieux comprendre les virus.

Marc-André Selosse, micro-biologiste et Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle tentera de répondre à ces questions et à celles que vous vous posez.

Tchatches 2.0 organisé par Kimiyo est le format live des Tchatches & Sciences, qui permet de créer un dialogue Sciences & Sociétés sur la Région Occitanie. Cette Tchatche 2.0 est proposée dans le cadre de notre programmation avec le réseau des Médiathèques de Sète agglopôle méditerranée.

1597